Idées déco intérieur

« Les objets japonais sont beaux, drôles et pratiques »

Valérie Lemercier est passionnée du Japon. Elle s’y est rendue sept fois, invitée par le festival du film français de Yokohama ou à titre privé. Ces voyages sont l’occasion de faire du shopping et ses bagages s’alourdissent à chaque fois d’au moins une centaine de kilos. Valérie a accepté de montrer à Jipango sa moisson : des objets quotidiens aux trouvailles insolites.

 

Quels sont vos objets préférés ?

Celui que j’utilise quotidiennement est le pot à eau chaude, indispensable et toujours en bonne place dans la cuisine. Ensuite, ce sont les stylos car j’écris beaucoup. J’utilise aussi énormément les boîtes à pastilles, décoratives et utiles. J’en aime la couleur jaune, qui n’est plus à la mode en France. Le couvercle en silicone garde chaudes les soupes et les boissons et il est aussi très design. Je trouve très mignon le minibanc pour ma salle de bains aménagée à la japonaise. J’ai deux sacs à dos d’écoliers japonais, un rouge et un noir, dont j’adore le design. Le cendrier portable est un objet que j’utilise beaucoup sur les tournages. Le serre-livres est plein d’humour, du même artiste que le cendrier de table.

Les coussins sont parfaitement adaptés pour les exercices de gym et très jolis. Enfin, les couteaux en céramique sont simples, fonctionnels et esthétiques  [Article paru dans le journal Jipango, automne 2003]


Créer le Japon chez soi, c'est d'abord une questiond'esprit 

Pour moi, créer le Japon chez soi, c'est d'abord une question d'esprit: il faut aimer les décors sobres, reposants, avec des tons naturels. Il faut aussi un sens de la mesure, une envie de beauté, de paix ou de sérénité.
En Europe, on parle beaucoup du beau. Au Japon, on parle surtout d'harmonie. Le plus important, c'est la relation des éléments entre eux. C'est comme en musique: on ne peut pas dire que telle note soit plus belle que telle autre. C'est le rapport des notes entre elles qui crée de la beauté. En architecture, c'est un peu la même chose et le jardin vient compléter cette harmonie. Ainsi, la lumière prend toute sa valeur grâce à l'ombre, c'est bien connu.
Quand c'est possible, je recommande fortement à mes clients d'aménager une petite pièce japonaise traditionnelle : il suffit de tirer les cloisons et l'on est tout de suite ailleurs. Dans une pièce de style japonais, la décoration doit être sobre. On évite les encombrements d'objets. Ils sont rares et choisis avec le plus grand soin : une jolie calligraphie et un bouquet de fleurs, un joli vase, peuvent compléter l'ensemble. Au Japon, le jardin pénètre dans la maison alors qu'en Europe, c'est plutôt le contraire : la maison s'exporte vers l'extérieur. On aime prendre les meubles de la maison et les installer sur la terrasse ou dans le jardin.
Au Japon, on a besoin d'évoquer la nature à l'intérieur de la maison. Bois, rochers, galets, eau, mousse : dans les espaces que j'ai créés, il y a toujours des éléments naturels . Si l'on n'a pas la possibilité de créer un jardin d'intérieur, on peut parfaitement le remplacer par des éléments naturels qui donnent leur valeur symbolique : cailloux, graviers, lanternes, bouquets de branches ou de fleurs… Les petits cailloux blancs, par exemple, symbolisent l'eau dans ce qu'on appelle les jardins secs.

On peut également " créer du Japon chez soi " dans la salle de bains. Les baignoires japonaises n'ont pas la même fonction que les baignoires européennes qui servent à se laver. [Article paru dans le journal Jipango, automne 2003]



Je sors mon futon tous les soir

Jocelyne Derudder est encadreuse restauratrice de formation. Elle a aussi étudié au Japon, l'art du marouflage et montage traditionnel des kakemonos.

"C'est la pratique du zen, voici une quinzaine d'années, qui m'a attirée vers le Japon sur les pas de maître Dogen. Ce fut une grande révélation aussi bien pour la pratique que la vie au monastère où je suis retournée souvent. Et aussi l'art de vie, cette symbiose avec la divine nature. L'architecture, cette fameuse notion du vide et du plein, l'impermanence dans l'esprit, c'était là...

Quand j'ai decidé d'habiter ce studio, tout a fait classique, près de mon atelier, sa petite surface fut l'opportunité de travailler sur les volumes, les espaces et de réaliser une pièce japonaise. Utilisation des matériaux : bambou, tatamis, érable, cloison coulissante opaque, futon que l'on range le matin, ce qui libère l'espace, etc.

J'ai rencontré un menuisier amusé et intéressé par ce projet. Cette collaboration a demandé 3 mois pour les croquis et la réalisation. J'ai aussi aménagé le balcon qui était en béton avec des caillebotis, des bambous et des pierres que je rapporte de mes différents lieux de méditation. Quand je rentre le soir, cette odeur de tatamis me ramène au Japon où je suis toujours un peu!" [Article paru dans le journal Jipango, automne 2003]