Voyage au Japon

Les dernières tendances

 

Sites patrimoine Jomon

Témoignage unique du développement sur 10 000 ans d’une société de chasseurs-pêcheurs-cueilleurs sédentaires à partir de 13 000 ans av. J.-C., les dix-sept sites archéologiques Jomon dans le Hokkaido et le nord du Tohoku sont inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis juillet 2021. Dans des paysages variés, ce bien rassemble notamment des ouvrages en terre et de grands cercles de pierres atteignant 50 mètres de diamètre, et l’on y trouve les fameuses figurines dogu (poupées d’argile) à « lunettes de neige ».

Le site internet dédié est en japonais, mais il est possible de télécharger une brochure explicative détaillée et un plan de transport en anglais.

Brochure explicative en anglais : 
https://jomon-japan-production.s3.ap-northeast-1.amazonaws.com/ja/wp-content/uploads/2021/03/16172646/jmap_EN_all.pdf

Plan de transport : 
https://jomon-japan-production.s3.ap-northeast-1.amazonaws.com/ja/wp-content/uploads/2021/03/16172642/jmap2020_EN_map.pdf

25 photos consultables sur : https://whc.unesco.org/fr/list/1632/gallery/

Explications sur la période Jomon sur https://att-japan.net/fr/archives/8440

 

 

Seibu Yuenchi

Temps nostalgiques de Showa

Le parc d’attractions Seibu a rouvert en mai cette année après rénovation, dans le cadre de son 70e anniversaire. Inspiré du Tokyo des années 1960, il évoque avec nostalgie l’ère Showa.

On y trouve notamment une shoten-gai (rue commerçante à l’ancienne avec restaurants rétro), un cinéma dans lequel les spectateurs revivent la bataille entre Godzilla et le roi Ghidorah, des attractions sur le thème du « voyage lunaire d’Atom » et de Jungle Emperor Leo, des spectacles de rue.

Le concept de « réchauffement du bonheur », reflet des relations humaines de l’époque Showa, attire aussi bien les nostalgiques que les jeunes générations, pour lesquelles il est nouveau et à la mode.

Le parc se situe au nord de la préfecture de Saitama, à environ 50 minutes en train des gares de Shinjuku et Ikebukuro.

www.seibu-leisure.co.jp/amusementpark/index.html

 

 

EDOCCO

L’illustre sanctuaire shinto de Tokyo, Kanda-Myojin, inaugure en son sein un centre culturel high-tech baptisé EDOCCO. Véritable passerelle entre les mondes profane et sacré, le centre invite à découvrir la culture traditionnelle japonaise et met en scène l’esthétique raffinée du « monde flottant » de l’époque Edo, le iki. Le bâtiment de 4 étages se compose d’une salle de spectacle, d’un studio dédié aux arts traditionnels, d’un café, d’une terrasse lounge, sans oublier l’incontournable boutique de souvenirs. Une première qui ne manquera pas d’attiser la curiosité ! - N.P.

https://edocco.kandamyoujin.or.jp/en

 

 

.     TORAYA

Toraya fait sa petite révolution à Tokyo. L’illustre pâtisserie traditionnelle, fournisseur officiel de la cour impériale depuis le XVIe siècle, vient d’achever la rénovation de son emblématique boutique d’Akasaka. L’ancien immeuble de 9 étages fait place à une construction de 3 étages à l’architecture moderne et épurée. Les matériaux sont naturels, comme le cyprès odorant hinoki et un magnifique mur intérieur en shikkui met à l’honneur la maçonnerie traditionnelle. Un style moderne et chaleureux, qui tranche agréablement avec la course à la verticalisation qui sévit actuellement à Tokyo ! - N.P.
https://global.toraya-group.co.jp/pages/akasaka-shop

 

 

La renaissance du château de Nagoya

Bâti au XVIIsiècle grâce à un savoir-faire d’avant-garde, le château de Nagoya,aux intérieurs somptuet décorés par les meilleures peintres de l’école Kano, a longtemps été l’un des fleurons du Japon féodal. La rénovation de son magnifique palais, le Honmaru Goten, étalée sur 10 ans, est arrivée à son terme et offre aux visiteurs la découverte des intérieurs luxueux de jadis : bas-reliefs magnifiquement sculptés et panneaux peints à la feuille d’or. L’un des plus beaux châteaux restaurés du Japon, à (re)découvrir en attendant la reconstruction de l’ancienne tour principale en 2022 ! - N.P.

www.nagoya-info.jp/en/hommaru/

 

 

Bains publics

D’aucuns s’imaginent que les sento (les bains publics au Japon) sont destinés aux personnes n’ayant pas de baignoire à la maison. Or les bains publics, bien qu’il n’en reste aujourd’hui pas plus de 4 000 sur l’archipel, sont très appréciés comme lieux de socialisation. Ils sont également connus pour leurs effets bénéfiques pour la peau et la santé.

La Française Stéphanie Crohin est tombée amoureuse du charme des sento et a publié deux livres (en japonais), dont Le Sento est un petit musée, y racontant leur histoire, leur architecture, leurs bienfaits, et dévoilant par ses nombreuses photos leurs splendides décorations murales. Nommée « ambassadrice des sento », Stéphanie a visité plus de 800 bains, diffuse des informations sur son site et sur Instagram et propose des visites guidées. -N.T.

https://dokodemosento.com/area/sento/ www.instagram.com/_stephaniemelanie_/?hl=fr

 

 

Affiche pour manière

Une série de l’affiche de Seibu Dentetsu pour demander de bonnes manière à prendre le train est très bien reçu.

Avec les beaux visuels style Ukiyo-e avertissent des mauvais comportemont ; utilisant le smartphone sur le quai, rush ride, grands valises ... – N.T.

www.seiburailway.jp/fan/manner

 

 

 

 

 

 

Les kofun au patrimoine mondial

Les mythiques mausolées des premiers empereurs du Japon, reconnaissables à leur trou en forme de clé de serrure, sont désormais inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO ! Baptisés kofun, ces tumulus monumentaux, érigés entre les Ve et VIIIe siècles, sont encore aujourd’hui une énigme pour les Japonais, leur profanation étant prohibée aux équipes de chercheurs. Le Daisen Kofun de la ville de Sakai, près d’Osaka, est certainement le plus impressionnant de l’ensemble des 49 tombes constituant le Mozu-Furuichi Kofun : 486 m de long et 36 m de haut. Il forme, avec les pyramides de Gizeh et le mausolée de l’empereur Qin de Chine, l’un des trois plus grands mausolées au monde ! – N.P.

https://osaka-info.jp/en/page/sakai-museum

 

 

Le thé autrement

Un genre nouveau de salon de thé est né avec le Chabakka Tea Parks à Kamakura. Spécialiste du nihoncha, Ken Miura voulait faire découvrir « autrement » la variété des thés verts bios japonais.Considérant que l’industrie du thé, très traditionnelle, manque de flexibilité, il a lancé le concept « Draft Tea ». Le thé est servi comme la bière, à la tireuse, pour en faire apprécier le goût rafraîchissant, avec de la mousse ! Un « Tea Buffet » offre également à la dégustation une dizaine de thés froids et chauds.

Outre la vente de feuilles de thé, l’établissement propose de plus des workshops sur les bases de la culture du thé (types, fabrication, terroirs...) et les modes de préparation.

Ken Miura a nommé son salon « Tea Parks » pour associer l’idée de partage et de plaisir à l’expérience de (re)découverte du thé, à destination notamment des personnes qui n’étaient pas intéressées auparavant par le thé vert japonais.

Depuis un an, un 2e salon a ouvert et attire plus particulièrement une clientèle jeune séduite par les attraits nouveaux du nihoncha ! – N.T.

http://chabakkateaparks.com/en/

 

 

Thé zen

Saka Maruyama est un lieu à part dans l’univers du thé vert à Kyoto. Niché au cœur du parc Maruyama qui longe le célèbre sanctuaire Yasaka de Kyoto, cette maison de thé traditionnelle propose de déguster, non pas sur des tatamis, mais au comptoir, un authentique thé vert matcha, préparé dans les règles de l’art et accompagné d’un assortiment de pâtisseries japonaises raffinées. Outre le cadre élégamment laqué et tamisé, vous pourrez - privilège rare - choisir votre bol à thé parmi ceux de la collection de la maison. Et pour les plus motivés, des séances de méditation zen se déroulent au second étage à intervalles réguliers. Une façon de se remémorer que thé vert et zen sont depuis toujours intimement liés au Japon ! – N.P.

http://sakamaruyama.com

 

 

Le vrai Japon ? 

Il existe de nombreux sites et blogs traitant de sujets variés sur le Japon comme les informations touristiques, la culture pop, les découvertes culinaires… Mais peu portent un regard profond sur sa société et sa culture. Le site Mr Japanization donne les clés permettant de saisir en profondeur, lors d’un séjour au Japon, les phénomènes et les comportements en cours dans l’archipel.

L’ambition du site et de la page Facebook est de fournir des articles, photos et vidéos sur des aspects souvent peu connus, mais importants en réalité, de la société nippone. Le fondateur de Mr Mondialisation, média qui compte plus de 1,3 million d’abonnés, est installé à Tokyo depuis cinq ans et dirige Mr Japanization. Voici ce qu’il en dit :« Nom d'un poulpe ! Et si on parlait honnêtement du Japon ? Prostitution étudiante, culte du plastique, viols impunis..., mais aussi : alternatives écologiques, artistes utopistes, militants de l'ombre. J'ai toujours pensé que nous devrions aimer un pays comme une personne : ne faire qu'un avec sa beauté comme son obscurité. C'est pourquoi j'ai créé un média web totalement indépendant et gratuit, financé par des dons et animé par une pieuvre rouge : Poulpy. Une invitation à percevoir tant les merveilles de l'archipel, que ses entrailles les plus viles. Curieux, dites-vous ? Jetez un œil sur Mr Japanization. » – N.T.

Facebook : Mr Japanization

http://japanization.org

Pour les dons : https://en.tipeee.com/mr-japanization

Spécialiste du voyage au Japon depuis 40 ans, Vivre le Japon devient Japan Experience et reste à votre disposition pour inspirer et accompagner votre expérience du Japon.

www.japanexperience.com

Office National du Tourisme Japonais

www.japan.travel/fr/fr/

Facebook @visitjapanfr

4, rue de Ventadour, 75001 Paris. Tél. 01 42 96 20 29.

De 9h30 à 13h, lundi - vendredi.